Un village Akha à flanc de montagne au Laos près de Boun Neua
Un village Akha à flanc de montagne où je passerai la nuit.

Si la plupart des voyageurs qui visitent le Laos vont à Luang Prabang, à Vang Vieng, à Vientiane et aux 4000 îles, une poignée seulement d’entre eux décide d’entreprendre le périple vers le Nord du pays pour rejoindre la province de Phongsali. La récompense pour s’être rendu dans ce bout du monde est de visiter les villages Akhas des environs.

Les Akhas sont un groupe ethnique originaire de la province du Yunnan en Chine que l’on retrouve maintenant en Birmanie, en Thaïlande et au Laos. On dénombre une panoplie de ramifications de ce peuple dont les Akha Pixor, les Akha Pala et les Akha Ya-er. On peut d’ailleurs facilement distinguer les différents types de Akha par les parures que les femmes arborent.

Femme Akha pixor qui trie le grain en habit traditionnel

Au cours de mon périple dans le Nord du Laos, je suis donc parti à la rencontre de ce peuple des montagnes. Ce qui est intéressant avec les villages Akhas, c’est qu’ils sont très peu visités par les touristes. Ainsi, c’est un pur bonheur pour celui qui recherche à côtoyer une culture authentique. Je vous présente ici les Akhas que j’ai rencontrés dans les alentours de Boun Neua, sur la route entre ce dernier village et Ou tai et ceux que j’ai croisés sur mon chemin dans les environs de Pak Nam Noi.

Jeune femme akha avec habit traditionnel près de Ou Tai dans le Nord du Laos
Une jeune femme Akha près de Ou Tai qui pose fièrement pour que j’immortalise son portrait.

Les villages Akhas dans les environs de Boun Neua

Aussitôt arrivés au village de Boun Neau, nous rencontrons notre guide qui nous amènera vers les villages Akhas. Boun Hong (qui se prononce « bonhomme ») sera celui qui nous guidera dans la jungle pour les trois prochains jours.  Bien que certains villages Akhas soient joignables par la route, nous avons décidé que pour plus d’aventure, nous irons vers ceux qui ne sont accessibles que par la marche. Beaucoup de plaisir en perspective donc, surtout que nous sommes en plein mois d’avril, le mois le plus chaud au Laos!

Après quatre heures de marche sous une chaleur suffocante, nous atteignons notre premier village Akha où nous y passerons la nuit. Bien que la région ne soit pas inondable, les maisonnettes sont ici sur pilotis. Cela permet de donner un abri pour les nombreux coqs et cochons qui errent dans le village.

Coucher de soleil dans un village Akha au nord du Laos

Rapidement, nous sommes encerclés par les enfants du village qui veulent se faire prendre en photo et qui éclatent de rire chaque fois qu’ils voient le résultat. Plusieurs hommes viennent nous souhaiter la bienvenue, mais aucune trace de femmes dans le village. C’est qu’elles sont dans les champs à cette heure-ci nous dit-on.

Le soir venu, elles reviennent donc des champs avec leurs plus belles parures. Ici, c’est un village où vivent des Akhas Pixor. Les femmes de cette ethnie sont reconnaissables par leur coiffe noire au style du « chapeau de Napoléon Bonaparte ». Sur cette coiffe sont cousues des pièces de monnaie dont certaines dateraient de l’époque de l’Indochine. Sur leur habit traditionnel se trouvent également plusieurs broderies dont les motifs varient d’une femme à l’autre. Inutile de préciser que cela leur donne beaucoup de classe.

Femme Akha pixor avec un habit traditionnel au Nord du Laos
Les femmes Akha Pixor ont toujours fière allure avec leurs habits traditionnels.

Petit fait intéressant, avant d’aller au lit, nous avons droit à un massage Akha. Les efforts dépensés pour rejoindre à pied ce village isolé sont ainsi vite oubliés!

Le lendemain matin, les coqs du village nous tirent du lit à une heure plutôt hâtive. Les femmes du village, quant à elles, se dirigent vers les champs tout aussi rapidement. Nous emboiterons également le pas pour profiter des températures fraîches de la matinée. Après tout, nous avons plusieurs heures de marches devant nous pour rejoindre notre second village Akha.

Jeune femme Akha pixor avec l'habit traditionnel

En route, nous traversons plusieurs feux de forêt actifs. C’est que les Laotiens ont la vilaine manie de brûler les champs avant de défricher et de planter. En avril, plusieurs hectares sont ainsi brûlés, ce qui donne au ciel une couleur un peu plus sombre qu’à l’habitude. Je ne sais pas pour vous, mais traverser un feu de forêt pour se rendre dans un village, c’est plutôt inquiétant. Et savoir que pas trop loin autour du village brûlent des forêts, ce n’est pas ce qui aide le plus à dormir sur ses deux oreilles une fois la nuit venue. Enfin bref, nous atteignons notre second village Akha tout à fait indemne.

Ce village à flanc de colline est plus petit que le premier, mais tout aussi sympathique. Ici encore, les femmes travaillent durement dans les champs avec leurs plus beaux habits. Nous en verrons d’ailleurs quelques-unes revenir de leur journée chargée comme un mulet.

Le soir venu, notre hôte nous reçoit à souper comme un chef. Au menu: pousses de bambou, courge bouillie, arachides grillées, œufs brouillés et légumes en feuilles non identifiés. Avec un massage Akha en prime avant de passer la nuit, nous dormirons très bien malgré les feux de forêt des environs!

Dame Akha pixor avec un habit traditionnel dans un village au Nord du Laos

 Les villages Akhas croisés entre Boun Neua et Ou tai

Après avoir séjourné dans deux villages Akha dans les environs de Boun Neau, mon compagnon Vincent et moi en voulions davantage. Avec nos scooters, nous avons donc entrepris de faire le trajet entre Boun Neua et Ou tai pour nous diriger vers la frontière chinoise. Puisque cette frontière est fermée aux touristes, nous ne croiserons aucun étranger dans les parages.

Cette route qui traverse les montagnes du Nord du Laos offre des vues magnifiques. Cependant, puisque la route n’est pas asphaltée, nous « mordrons » la poussière pendant les deux jours que nous la parcourrons.

Mis à part la beauté des paysages et l’impression de visiter un coin de pays inexploré, notre désir de parcourir cette route réside dans le fait de rencontrer encore plus d’Akhas. Et ça tombe bien puisque le long de cette route se trouvent une panoplie de villages hébergeant les gens de cette ethnie.

Petite particularité, les femmes Akhas sont très timides à la prise de photos. Si je sortais ma caméra, elles rentraient habituellement dans leur maison ou me faisaient signe qu’elles ne voulaient pas être immortalisées sur pellicule. Comme Vincent et moi n’étions pas pressés, nous prenions alors le temps de leur montrer les photos que nous avions prises précédemment. À chaque fois, il était comique de voir les gens du village se ressembler autour de l’appareil photo pour voir les photos croquées dans les villages précédents. Si les femmes analysaient minutieusement les parures des autres femmes sur les photos, les hommes eux s’intéressaient davantage aux photos montrant les villages. C’est ainsi qu’après avoir regardé mes photos précédentes, les femmes me demandaient d’elles-mêmes si je pouvais photographier pour les rajouter à ma collection. Elles prenaient alors le temps de se coiffer et de replacer leurs habits pour que je prenne leur meilleur portrait. C’est de cette manière que j’ai ainsi pu immortaliser ce que je pense être mes plus belles photos du Laos.

Jeune femme akha avec son bébé dans la région de Ou tai au Nord du Laos

Femme souriante Akha près de Ou Tai dans le Nord du Laos

Femme Akha dans la région de Ou Tai au Nord du Laos

Jeune femme souriante Akha près de Ou Tai dans le Nord du Laos

Les villages Akhas autour de Pak Nam Noi

Autour de Pak Nam Noi vivent des Akhas Pala et des Akha Ya-er. Les premiers se distinguent par leur impressionnante broderie très colorée, leurs colliers roses et leur coiffe pointue. Les Akha Ya-er pour leur part ont une coiffe décorée de pièces de monnaies et de tresses. Pour rencontrer ces ethnies, je vous recommande d’aller à Pak Nam Noi la journée du marché. Il y a alors une concentration de Akha très impressionnante et l’effervescence des lieux vous comblera.

 Jeune fille akha pala à Pak nam noi au nord du laos

Jeunes filles akha pala au marché de Pak nam noi au Nord du Laos

Dame Akha pala au marché de Pak nam noi au Nord du Laos

 

Femme Akha ya er avec son enfant au nord du Laos

Femme Akha ya-er à Pak nam noi au nord du laos

Dame Akha ya er dans un village près de Pak nam noi qui fait du tissageTrucs et conseils pour rencontrer les Akhas au Nord du Laos :

Bien qu’il soit possible d’organiser un trek pour visiter des villages Akhas de Boun Neua directement, il est peut-être plus simple de le faire de Phongsali. Sur place, un office du tourisme peut organiser un trek sur mesure selon le nombre de jours que vous désirez et le prix que vous êtes prêt à mettre. Le plus difficile sera de décider quels villages visiter parmi tous ceux qui sont accessibles. Vous vous rendrez alors compte qu’il faut prévoir plus de jours que vous ne le pensiez pour visiter ce coin de pays. Croyez-moi, rencontrer les Akhas rend dépendant!

Il n’est pas vraiment possible de visiter les villages Akhas autour de Boun Neua sans guide. Les villages étant isolés et la barrière de la langue étant présente, vous ne pourrez pas profiter pleinement de votre séjour par vous-même. Cependant, si vous désirez être indépendant, la découverte des villages le long de la route entre Boun Neua et Ou Tai et la rencontre des ethnies au marché de Pak Nam Noi peut très bien se faire sans être avec un guide.

Ne vous attendez pas à trop de confort pour vos nuits dans les villages Akhas. Votre matelas se résumera à un treillis de paille!

Si vous aimez les rencontres des groupes ethniques isolés, je vous suggère mes articles suivants :

Pour encore plus de photos des peuples Akhas, je vous recommande de jeter un coup d’œil aux superbes photos de Tim Draper.

Jeunes filles Akha pala à Pak nam Noi au Nord du Laos

Pour plus d’aventures, consultez mes autres articles!

À la rencontre du peuple Akha au Nord du Laos

Très bel article encore une fois.
Et quels portaits!
On ne passera pas tout de suite par le Laos, mais qui sait ce que l’avenir nous réserve en 2017…

Quelles belles photos pour nous faire connaître l’âme de ce peuple! Bravo!
Louisette

Les portraits que tu as fait sont magnifiques. J’avais pour ma part eu de mauvais échos des visites de villages Akhas dans la région de Phongsaly (un peu attrape-touriste, en résumé…) et j’avais donc zappé cela lors de mon séjour de début 2016 dans la région. Ceci étant dit, Phongsali à elle seule mérite une visite… C’est un véritable bout du monde.
Merci pour ce partage !

wpDiscuz