À la rencontre des peuples isolés

J’ai toujours été fasciné par les peuples isolés. Étant un fervent de la culture authentique, j’ai souvent eu l’impression que plus un village est éloigné des grands centres, plus sa culture est figée dans le temps. Je me rappellerai toujours de la fascination que j’ai vécue en chassant à la sarbacane chez les Kélabits de l’île de Bornéo et en observant une dame Kalinga effectuer des tatous de manière ancestrale dans le village de Buscalan aux Philippines. J’avais alors l’impression de vivre exactement le même sentiment que les explorateurs tels Christophe Colomb et Jacques Cartier qui découvrent de nouveaux territoires.